Nomenclature timbres à date R84 (type A1,2,3)

 

Type R84

Type A (Lautier)

Type R84 (Recette 1884) : 2 cercles dont l'intérieur est discontinu, constitué 12 tirets généralement, extérieur 23.5 à 26mm, intérieur 14.5 mm environ, nom du département en bas de l'exergue (mise en service en septembre* 1884).

* un cas existe en juin 1884, avec une marque de Paris départ.

Voici deux schémas extrait de l'ouvrage d'Emile Barthélémy en novembre 1995.

Description d'un timbre à date :

 

Type R84r / A1 (Lautier)   Type R84m / A1m (Lautier)   Type R84b / A2 (Lautier)   Type R84h / A2b (Lautier)   Type R84c / A3 (Lautier)
       
(bloc dateur romain)   (bloc dateur romain et bâton)   (bloc dateur bâton)   (bloc dateur horaire)   (bloc dateur tout en chiffres)

 

     
Type R84m, très rares cas de millésimes en caractères romains après l'année 1886.   Vu ce tàd de Paris avec un millésime 1898, et un tàd Paquebot.   Egalement un millésime 5 à Lucon.   Vu 1891 à St Mandé.

 

Egalement avec levée exceptionnelle, levée centrale, existe aussi avec lettre propre à un service, ainsi T pour Télégraphie.

       
Type R84le avec levée excceptionnelle   Type R84lc avec levée centrale   Type R84t
T à la place de la levée
  Type R84S*
Sem = raccourci de Semaphore
  Type R84Qt sur pneumatique
C = Lettre de guichet.

Pourquoi pas ajouter t (minuscule) éléments mobiles, pour spécifier le service télégraphique, généralement il y a en effet un T à la place de la levée.
Pour les grands bureaux, il peut y avoir une lettre A,B,C, signalé E pour levée exceptionnelle, couleur bleu, noir violet.
Cas particulier pour le timbre à date du bureau N°2 visible ci-dessous, c'est un R84h que rien ne distingue du service postal.
Le suivant, du bureau N°60, est au même type, mais au lieu de l'heure, il y a un T.

 

 

Il existe quelques cas particuliers, ainsi un type R84 (sans la levée) utilisé par des services dont le besoin n'est pas aussi important que les distributions.

Et encore plus fort, afin d'y placer les 4 chiffres du millésime, la rangé supérieur n'a pas été placée !

 

Type R84b sans levée Type R84q sans levée Type R84c 2 chiffres en 1949

 

Mais aussi un R84 avec cercle intérieur continu, différenciable par sa taille, mais surtout par les caractères qui somposent la couronne, caractères bâtons qui remplacent les caractères romains des types précédents (C pour continu).

Type R84Cb Type R84Cb (utilisation de Paris) Type R84Cb (Romainville) Type R84Cc (Aiguillon) Type R84Cc (Steenbecque)

Une liste avait été donnée dans l'ouvrage d'Emile Barthélémy1, reprise de la liste du Dr Goubin dans l'Echo de la Timbrologie de 1964, plus 5 supplémentaires signalés dans un Echo de 1979.

Allouville-Bellefosse, Banyuls, Chatillon-Coligny, Chazay, Genets, La Garde, La Guéroulde, Les Hautes Rivières, Loupiac, Marcon, Modane-Gare, Saint-Alban, Saint Julien de Maurienne, Saint Marcellin, Salers, Trignac, Unverre.

J'y ajouterai ceci : Attigneville, Beure, Champagne sur Vingeanne,Dausse, Lesquin, Epaignes, Montmagny, Jausiers, Romainville, Aiguillon sur Mer, Usseau, Steenbecque.

Majoritairement ces timbres à date sont des bureaux facteur-boitiers transformés en bureau de recettes.

Voir également PARIS / DEPART dès 1883, MARSEILLE / DEPART, MARSEILLE / ETRANGER, des tàd de service de Paris, NICE / ARRIVEE, un MONTBELIARD utilisé dans le service écluse...

Type R84C

Existe également des tàd avec 10 tirets, 8 tirets, Emile Barthélémy signale un 6 tirets, mais aussi cet étrange tàd de Cognin, dont les tirets petits et nombreux font penser aux tàd des colonies.

Quelques villes ont utilisées des tàd aux tirets intérieurs plus épais, voir celui présenté de Lyon.

       
Type R84b, 10 tirets   Type R84b, 8 tirets   Type R84b, petits tirets   Pour comparaison avec Cognin   Type R84c, tirets épais


 
Type R84Qb, nombreux tirets   Type R84Qb, 11 tirets

Un autre bureau, utilisant les mêmes types de timbres à date que la métropole, a cependant une différence au niveau du nombre de tirets intérieurs, erreur ?

 

Un certains nombres de bureaux de quartiers, chargements, guichets, utilisèrent une variante de ce tàd.

Type R84QS*

     
R84Q*   R84S* Affranchissements   R84S* Distribution, ici le mois et le jour sont déjà en caractères bâtons !   R84S* Contre-Seings, franchise.

Quelques notes sur les blocs dateurs.

Emile Barthélémy indique que de 1884 à 1886 le type est entièrement en caractères romains, et précise que vers fin 1886, quelques bureaux ont employé un millésime 1886 en caractères bâtons.

Il a également était utilisé courant 1886 des mois en caractères bâtons, vu dès le mois de mai pour Paris.

Cependant des essais sont signalés par Max Maurizot dans les Feuilles Marcophiles N°298, au bureau de la Bourse en 1885.
Ci-dessus une marque de Paris distribution en mai 1885, dont seul le millésime est en caractères romains.

Gérard Desarnaud dans les Documents Philatéliques N°170 reprendra le sujet en donnant les dates extrêmes suivantes :
22 mai-20 aôut 1885, contacté, il me signale avoir vu un 28 avril, 7eme levée.

J'ai trouvé ce tàd du 30 avril 1885 au bureau de la Bourse sur N°90 IID 1er état (à gauche)
Seul le chiffre de la levée n'est pas en caractère bâton.

Si on parle d'essai, nous pourrions inclure l'essai de 1880, tout en caractères bâtons lui aussi, du 3 mars au 31 juillet 1880 en deux modèles.

R84b de 1885 R84m de mai 1886 (Paris et Montbrison). On peut voir ci-dessus au bureau de la RP, un distribution avec mois et jour en caractères bâtons, dès le 20 mai 1885. Essai de mars 1880 Mais également en 1879

Dès 1899, le 2 novembre pour le bureau 37, Bd Malesherbes (signalé dans les FM N°105), mais aussi le bureau de Place de la Bourse à Paris qui utilisera le R84h, dateur avec bloc horaire. Dans le N° des FM sus-nommé, il est indiqué 21 bureaux en novembre, et 15 de plus en décembre.

R. Charbonnier dans les FM N°251, signale un Paris 27,rue Amélie, le 22 décembre 1899.

Particularité peu commune pour le millésime de Pau en 1901 en caractères romains. Exemple d'utilisation hors période à Castres, département connu pour l'utilisation tardive de ces éléments.

Je présente également un PARIS Milton, utilisé dans le service pneumatique, mais que rien ne distingue du service postal ordinaire. A côté un autre pneumatique avec le T de service télégraphique.

         
R84h   R84h sur pneumatique   R84ht sur pneumatique   R84h Avignon février   R84h millésime romain   R84hc

Ces bocs horaires seront utilisés jusqu'au 1er octobre 1901, passage au type R84c à cette date (dateur tout en chiffres), sauf pour quelques bureaux, prolongeant l'utilisation, ou utiliseront tardivement, jusqu'en 1905 (vu 1907 à Castres) Entre-deux, certains bureaux réutiliseront les R84b.

Voici la liste fournie dans l'ouvrage d'Emile Barthélémy pour les tardifs1, comprenant également les blocs horaires mixtes, (lettres pour les heures et minutes, et tout en chiffres romains) :


Cas particulier, le timbre à date comprend la levée de Nuit, le jour, mais également le mois du bloc horaire, ce qui place bizarrement le millésime avec la vis de serrage.

   
R84 mixte   R84 en vrac !  

Castres, Graulhet, Lavaur, Limoges, Mazamet, Menton, Montredon-Labessonnie, Orthez, Soreze, Saint Paul Cap de Joux.

Ajoutons Auxerre, Perpignan.



Extrait du bulletin des Postes

Bulletin de février 1885, concernant l'unification des timbres à date.


Bulletin de juin 1901, concernant le passage au bloc entièrement en chiffres.


Les nouveaux blocs devaient être en service au 1er octobre 1901, si ce fût le cas dans la plupart des grands bureaux, j'ai remarqué le changement fin 1902 pour une partie des Recettes, et une autre partie fin 1906.

Les services spéciaux, les gares, et divers petits bureaux conserveront les blocs avec caractères batôns ou romains bien plus longtemps.

Une particularité avec ce tàd R84c datés d'août 1900.

R84c

Cependant on peut supposer qu'il y a erreur de millésime, même si la date réélle est plutôt 1902 à 1905.


sans titre


  Il est probable que la majorité des bureaux de Paris se sont vus attribués des timbres à date du type R84, types A de Lautier, avec ces particularités :

L'exemple du bureau 26 est intéressant, car il comprends de nombreux timbres à date.

Dans un premier temps, on rencontre un caractère de liaison entre PARIS et le numéro de bureau correspond à un _

Puis se sera un .

Et finalement le séparateur se réduira à un espace plus ou moins important.


Evidemment leurs utilisations pourront être simultanées, et les premiers tàd pourront continuer leur existence en même temps que les derniers en service.





Informations en partie extraites des cahiers d'Emile Barthélémy.

* Je propose un ajout à la nomenclature, afin de différencier facilement les tàd.

Ainsi je propose le QS

Q : Quartier (pour les timbre à date ayant le bureau de quartier gravé dans la couronne)

S : Service (pour les timbres à date ayant le service inscrit dans la couronne) on peut aussi spécifier Spécial.

Tous les éléments amovibles qui composent le timbre à date, doivent être exprimés en minuscules (r,m,h,c...).

Tous les éléments qui composent la couronne gravée doivent être exprimés en majuscules (QSC...).